Les dossiers / DPI : Quelles révolutions ergonomiques ?

DPI : Quelles révolutions ergonomiques ?

Si certains DPI proposent encore des interfaces utilisateur classiques, certains éditeurs précurseurs n’hésitent pas, par petite touche, à introduire des concepts ergonomiques plus actuels…
Il y a eu la fenêtre Windows et sa kyrielle de boites de dialogue, puis l’interface Web et ses différences d’interprétations selon le navigateur (…). L’heure est désormais au tactile. Ce principe même de déclenchement d’une action « au toucher » balaye d’un coup d’index des années de clavier-souris ! Aujourd’hui on « parle » à l’ordinateur, on photographie et on filme. La révolution est double : un accès « grand public » au monde du tactile et un dépoussiérage de grande ampleur du côté des usages professionnels. Certains éditeurs de progiciels de santé seraient bien inspirés d’en tenir compte : le règne de la boîte de dialogue [OK] – [Annuler] est bel et bien fini !

 

Le premier des standards actuels est incontestablement la prise en compte dynamique du contexte (l’utilisateur, le patient, le moment de la journée, etc.). Chez SOFTWAY MEDICAL et CALYSTENE l’interface est modulable et l’utilisateur dispose, à sa guise, sur son écran, différentes « tuiles » fonctionnelles. Il en va de même de la solution DOPASYS de WEB100T qui dans son approche ergonomique tient compte par ailleurs du matériel spécifique et des périphériques annexes (code-barres, stylet, photo, etc.). Cette approche va au-delà d’une logique de développement Web « Responsive Design » qui s’adapte au support mais contraint l’utilisateur dans ses usages.

De nouvelles opportunités pour les Ergonomes
Les métiers d’ergonomes et de graphistes envahissent peu à peu l’univers du développement informatique. Web100T fait concevoir toutes ces IHM par une équipe « ergonome / graphiste » dont le rôle est de prendre en compte systématiquement les contraintes liées aux supports tactiles. Le praticien peut choisir une dose puis faire glisser son doigt sur un bouton « Gélule » (pour prescrire par exemple une ½ gélule) ou préciser une heure de prise directement sur une palette « Horaire ».

my SIH commentaire ::
Les éditeurs ayant fait l’effort d’intégrer un poste d’ergonome à leurs équipes de Développement Produit prennent assurément une longueur d’avance sur les autres. Ce n’est plus le « fonctionnel » qui guide le développement mais « l’expérience utilisateur ». L’interface devient compréhensible et sans fioritures...

L’approche Mobilité
La prise en charge de la mobilité est désormais native chez les éditeurs les plus en pointe. Pour les utilisateurs des établissements de santé les besoins sont multiples : Plan de cueillette à la pharmacie directement sur tablette, relevé des DMI avec lecture code barre au bloc opératoire, prise en charge des soins en HAD ou tout simplement au lit du patient avec une tablette ou un smartphone, support ultra-mobile avec code barre pour le brancardage, notification d’alertes pour le médecin, consultation du programme opératoire pour un chirurgien, validation de prescription depuis le domicile du médecin, etc.

Chez CEGI Santé, la mobilité se traduit par la conception d’applications plus humaines, moins impersonnelles. Les interactions sont plus immédiates et naturelles. Les développements sont orientés selon l’idée qu’une application n’est pas une boîte à outil technique et contraignante mais plutôt un « service » à valeur immédiate pour l’utilisateur. La philosophie de la gamme CEGI Next est de prioriser la mobilité en distinguant néanmoins deux cibles « type » chez les utilisateurs : les sédentaires (souvent associés aux domaines fonctionnels de la gestion administrative et comptable) et les nomades. Pour les sédentaires la priorité est axée sur l’exhaustivité fonctionnelle et pour les nomades sur des fonctionnalités ciblées (prescription, tournée de soins, etc.) et simples d’accès pour la consultation et la mise à jour sur des supports en mobilité (tablettes, portables tactiles).

Exploiter les dispositifs innovants
L’exploitation optimale des dispositifs innovants a été l’une des contraintes de base de conception des logiciels Next de CEGI Santé : La dictée vocale pour une retranscription automatique des comptes-rendus et observations, la reconnaissance vocale avec fonctions d’analyse pour réaliser une prescription structurée immédiate ou encore les dispositifs de type scanners et appareils photos intégrés des téléphones et tablettes pour identifier les patients, le matériel et les professionnels.
Concernant l’intégration de dispositifs innovants, chez WEB100T, la solution DOPASYS propose d’utiliser le stylet pour la gestion des soins et/ou les prescriptions. Au-delà d’une utilisation en tant que simple outil de sélection, le stylet permet de prendre des notes, de commenter des croquis (exemple : schéma de fistule artério veineuse) ou encore de signer des documents. La spécificité de la solution est de proposer des listes de sélection pour minimiser les rejets liés à une mauvaise reconnaissance d’écriture. Grâce à cette spécificité, la prescription au lit du patient devient une réalité.

D’une révolution à l’autre…
Le faible encombrement des matériels, l’exploitation des périphériques intégrés, le travail en mode déconnecté, etc. sont autant d’éléments qui imposent un développement applicatif spécifique aux plates-formes mobiles et pas uniquement un « site web » consulté sur un téléphone (…). Un patient doit pouvoir consulter son « espace personnel » sans avoir à respecter un prérequis technique spécifique et se soucier du support qu’il utilise (tablette, PC, Smartphone, etc.). Le praticien a des préoccupations médicales. Il faut lui apporter des solutions qui rendent le service attendu sans le complexifier.

Certains éditeurs ont à peine compris que le tactile est de ce monde que l’on entrevoit déjà les nouvelles possibilités de la technologie IOT (l’Internet des Objets) : pourquoi pas une montre connectée pour la gestion immédiate des notifications (messages reçus, prescriptions à valider, mise à disposition de résultats de labo, rappel RDV Patient, etc.). Dans cette hypothèse, la question de l’ergonomie devient incontournable !

 

Retour aux dossiers