Les dossiers / Solutions d’informatisation pour auxiliaires médicaux

Solutions d’informatisation pour auxiliaires médicaux

Une fois n’est pas coutume, my SIH magazine vous propose de découvrir l’informatisation côté libéral pour les auxiliaires médicaux : à force de marteler l’importance du circuit « ville – hôpital », il faudra bien s’intéresser à tous ceux qui, sur le terrain, vont assurer ce lien indispensable entre l’établissement de santé et le patient…

 

Outre les infirmiers et les masseurs-kinésithérapeutes, l’appellation d’auxiliaire médical couvre de nombreux métiers dont les ergothérapeutes, psychomotriciens, orthophonistes, orthoptistes, diététiciens, etc. Ces auxiliaires médicaux sont des professionnels de santé qui fournit un service lié au maintien et à l'amélioration de la santé des individus. Les techniques modernes de soins, le suivi à domicile, le renforcement du lien « ville-hôpital », etc. exigent un d'un nombre croissant de professionnels désormais organisés en équipe interdisciplinaire dans des centres de Santé ou maisons de santé pluridisciplinaires (MSP). Si les applications informatiques de gestion de ces MSP et des cabinets de ville (WEDA, MonLogiciel.com, Medicab+, éO, etc.) proposent des fonctionnalités à destination de cette population, il existe aussi des offres spécialisées qui, même si elles restent d’une diffusion limitée (en raison même de la population visée), n’en sont pas moins intéressantes, notamment dans un contexte de travail collaboratif.

Se démarquer de la concurrence
Sur ce secteur de marché, pour faire la différence, les éditeurs doivent constamment maintenir le niveau de qualité du produit et surtout une réactivité maximale au niveau du service d’assistance. Si, dans le cas d’un établissement de Santé, un support logiciel intermédiaire peut être assuré par des équipes internes, dans le cas d’un auxiliaire médical, le problème est différent et l’utilisateur final est, sans filtre « informatique », en lien direct avec l’éditeur. Il faut, dans cette logique, toute une organisation allant bien au-delà de la simple vente d’un logiciel… Ainsi, chez Vega, les équipes de support sont particulièrement attentifs aux retours des utilisateurs mais aussi en veille permanente sur les évolutions réglementaires, fiscales et techniques. Chez Auxicab (RD Services), l’accent est mis sur l’assistance illimitée et non surtaxée par téléphone ou en téléassistance (prise en main à distance de l’ordinateur du client par le service technique). La mise en application de véritables sessions de formation à distance (généralement courtes) peut aussi faire la différence, tout comme le fait de proposer un support 6 jours sur 7, la journée du samedi étant parfois moins une journée moins chargée pour certaines professions.
Le boom du « data mobile »

La popularité des smartphones et des tablettes a contribué à la progression du marché des OS mobiles. Le système Android (Google) domine déjà ce marché et les ventes de terminaux sous MacOS et iOS flirtent avec celles des équipements Windows. Même si la majorité des applications s’adresse au « Grand Public », les demandes en utilisation professionnelle deviennent de plus en plus pressantes. Dans le domaine de la Santé, les applications dédiées aux auxiliaires médicaux suivent cette tendance : planification automatique sur application mobile pour le logiciel Vega Mobile 3, intégration des agendas Google dans les produits de PRATILOG, plateforme Cloud et nouveaux usages professionnels avec DrSanté : photos, dictaphone, prise de rdv en ligne et fil de discussion avec les patients dans le cadre, par exemple, de la lutte contre la non observance des règles de pharmacovigilance.

Éviter la paperasse…
Pour les auxiliaires médicaux, tout dispositif ou service susceptible d’éviter la « paperasse » administrative est bon à prendre ! Les premiers agréments d’intégration de ce service de l’Assurance Maladie datent de fin 2013, avec un déploiement toujours en croissance aujourd’hui. Ainsi des logiciels tels que AUXICAB, INTELLIO, INFI PRATIK, KINE PRATIK, UBINECT, etc. proposent ce service qui, lors de la réalisation de la FSE, permet au professionnel de numériser les pièces justificatives et les transmettre directement à la caisse de rattachement de l'assuré. En outre, une fois scannées, les pièces justificatives peuvent être conservées dans le Dossier du Patient pour une meilleure traçabilité et la pièce numérique a la même valeur juridique et comptable que l’original papier. Le service SCOR permet de gagner du temps sur le classement et l’archivage en lots (les ordonnances pour les flux sécurisés, les ordonnances et les feuilles de soins papier pour les flux dégradés). En mode sécurisé, la pièce justificative originale et le ticket Vitale sont générés automatiquement. En mode dégradé (assurés hors département), les pièces justificatives sont intégrées dans les flux et il n’est plus nécessaire de les envoyer à la caisse de rattachement.

Outre les documents liés au patient, la gestion des documents comptables propres à l’activité reste une problématique constante chez les auxiliaires médicaux qui, pour la majorité d’entre eux, considèrent que la comptabilité est une contrainte qui nécessite un temps certain… perdu pour l’activité ! Cet aspect est pris en compte par de nombreux éditeurs dont, par exemple, VEGA ou encore PRATILOG. Partant du postulat que l’infirmière libérale n’est pas une comptable, tous les artifices fonctionnels possibles sont mis en œuvre pour faciliter la production, par exemple, d’une déclaration 2035 ou encore le suivi des règlements : journaux de recettes, dépenses, remise bancaires, balance, grand livre comptable, etc.

Paradoxalement, ce sont sur des détails non directement liés au « métier » de l’auxiliaire médical qu’il faut insister lors d’un choix logiciel. Globalement, il faut privilégier les logiciels automatisant au maximum les tâches annexes pour passer le moins de temps possible sur les aspects techniques, administratifs et de gestion et se concentrer sur l’activité et les patients.

Une offre en pleine évolution
Face aux récentes start-up investissant le secteur de la e-santé, certains acteurs dont EPSILOG, PRATILOG, RS Services ou encore SEPHIRA peuvent faire état d’une expérience de plus d’une dizaine d’années. Si les évolutions sont certes guidées par le fonctionnel, il ne faut pas négliger les fonctions annexes : messagerie sécurisée, comptabilité, travail en mode déconnecté, etc. La prise en compte des aspects « mobiles » devient indispensable. Ainsi, la solution INTELLIO de SEPHIRA, embarquée sur un terminal de paiement électronique est 100% mobile et indépendante de l'informatique. Personnalisable selon l'activité de l’auxiliaire médical concerné, INTELLIO bénéficie d'un bouquet de services, intégrant la garantie d'envoi et de réception des FSE, l'archivage des données, la mise à jour automatique des actes et le suivi en temps réel des remboursements en ligne. Que ce soit chez PRATILOG ou RD Services (Auxicab), la prise en charge des agendas Google devient une réalité. L’évolution Cloud s’est d’ailleurs accélérée ces dernières années et de multiples plateformes DrSanté, monlogicielmedical.com, Ubinect, WEDA, etc. sont actuellement opérationnelles et proposent des services collaboratifs en Santé via un hébergement agréé HDS (hébergement de données de santé).

Retour aux dossiers